Accueil du site > Côté personnel... > Mythologie républicaine

Mythologie républicaine

dimanche 25 novembre 2007, par marc

Maximilien de Robespierre Louis-Antoine-Léon Saint-Just, députés de la Convention sont condamnés sans procès. Ils sont exécutés avec vingt de leurs amis le 10 thermidor an II (28 juillet 1794) à 7 heures du soir.

- ... Et s’il était mort sur la croix,
- L’Etre suprême en qui je crois,
- S’il était le Père et le Fils ?...
- Si le bon Dieu des ci-devant
- Passait dans le soleil levant
- Quand le bourreau fait son office ?...
- ... Et si les prêtres réfractaires
- Avaient, seuls, compris les mystères,
- Si c’était vrai, leurs oraisons ?...
- Le doute, le doute, parfois
- Est plus solide que la foi,
- Et si le doute avait raison ?...

- Ainsi pensait Maximilien
- Dans la charrette du silence,
- Avant que le couteau s’élance,
- Les mains non jointes sous les liens.

- Si l’enfant vertueux d’Arras
- Etait né de la même race
- Que Danton, son frèr’ corrompu ?...
- Si j’avais obéi à la
- Soif de pouvoir comme Attila
- En croyant fair’ ce que j’ai pu ?...
- Si la Commune et la Terreur
- Avaient été moins qu’une erreur,
- Un crime ou un péché d’orgueil ?...
- Et si les rois, les girondins
- Venaient fouler avec dédain
- Mon cimetière sans cercueil ?...

- Ainsi pensait Maximilien
- Un instant avant le silence,
- Avant que le couteau s’élance,
- Les mains non jointes sous les liens...

- ... Et si le peuple souverain,
- Le peuple pur au cœur d’airain,
- N’était pas ce que dit Rousseau ?...
- Et si mon âme se trompait,
- S’il y avait des petits Capet
- Dans les ruelles et les ruisseaux ?...
- Si la colère et la vertu
- Qui m’ont conduit et qui me tuent
- N’étaient pas de l’humanité ?...
- Si à l’heure où la vie défile,
- J’apercevais Fouquier-Tinville
- Me reprochant mes vérités ?...

- Ainsi pensait Maximilien
- Un soupir avant le silence,
- Avant que le couteau s’élance,
- Les mains non jointes sous les liens.

(Paroles et Musique : Claude Lemesle)

1 Message

  • Mythologie républicaine 26 novembre 2007 19:36

    Belle chanson somptueusement interprétée de plus. On l’a tant écoutée sur tant de routes. On finirait par oublier quels sinistres bourreaux étaient ces hommes là. Qu’y a-t-il de pire que celui qui assassine l’autre pour son bien ? Ils ont rejoint Vlad Tepes, l’empaleur dans son enfer. Si du moins enfer il y avait. Marie

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

17 visiteurs en ce moment

338

17 visiteurs en ce moment

SPIP | squelette | | Plan du site | mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
 |