Accueil du site > Côté personnel... > Le mariage de Petre

Le mariage de Petre

cache cache avec la securitate roumaine

mardi 16 mai 2006, par marc

Vivre dans la Roumanie des années Ceausescu c’était un peu comme être acteur ou figurant d’un film d’espionnage de série B où se mêlaient en permanence le drame, l’ubuesque, l’impensable, le grotesque, le risible...

C’était vivre au quotidien avec la "securitate" à la présence continue, tantôt discrète tantôt pesante. Les sbires aux imperméables et chapeaux de cuir qui vous emboîtaient le pas dans la rue, la Dacia plaques jaunes qui suivait votre voiture, les micros dissimulés dans la maison.

Pour nous la vie était supportable, un statut quasi diplomatique nous protégeait des désagréments les plus pénibles.

Pour les roumains ...

Un grand nombre n’avait qu’une idée en tête : foutre le camp ! Par tous les moyens possibles et imaginables. Mais l’affaire n’était pas mince, le pays était un vaste camp retranché, les frontières hermétiques, les miradors nombreux et menaçants, les barbelés électrifiés et les gardes frontières avaient la Kalachnikov facile.

Pensez donc, la pratique de la planche à voile était interdite sur la mer Noire !

Les trains qui franchissaient la frontière étaient passés au crible, rares étaient ceux qui avaient pu se dissimuler dans un faux plafond ou blotti sous les boggies d’un wagon...

On racontait l’histoire de cet aviateur qui avait fui le pays avec toute sa famille dans un avion d’épandage agricole.

Les équipes sportives perdaient des joueurs à chaque déplacement à l’étranger malgré l’imposant "encadrement de soigneurs".

Et puis il y avait la voie légale, quelques passeports et visas distribués au compte gouttes à de rares privilégiés qui obtenaient le précieux sésame... au prix d’une famille gardée en otage en Roumanie...

Petre était un copain de Gérard, un collègue de l’école. Nous le connaissions un peu, il était sympa je crois qu’il était scientifique, pas un grand scientifique mais quelqu’un de calé dans son domaine. Oh miracle ! il avait obtenu une bourse au Canada pour un cycle d’étude dans une université canadienne.

Le jour du départ approchait, nous évitions de le voir pour ne pas le compromettre, seul Gérard restait en contact.

Mais Petre avait une petite amie... Or il ne pouvait se marier au risque de perdre son précieux passeport.

Alors 24h avant de prendre l’avion il a décidé de jouer le tout pour le tout, de se marier, de partir seul et de faire venir sa femme une fois arrivé au Canada.

Il fallait faire vite pour que la bureaucratie n’ait pas le temps de réaliser le changement de situation et de faire échouer la manoeuvre. C’était très risqué... il pouvait tout perdre.

Pour se marier il fallait un minimum de decorum, pas question de prévenir sa famille ou des amis roumains... la délation était monnaie courante dans ce charmant régime...

Et voila comment avec la quasi totalité des collègues de l’école française nous avons joué la famille et les copains de Petre, un matin vers 10h. Nous sommes sortis discrètement de l’école par petits groupes où isolément, fringués à la roumaine...

Nous nous sommes retrouvés au palais des mariages à cinq minutes de Biserica Amzei, où se trouvaient l’école et l’ambassade...

Nous avions tous la gorge nouée et les genoux qui tremblaient. De notre côté le risque était certes minime mais pour Petre et sa femme c’était toute leur vie qui se jouait ...

Pas question de parler français, nous baragouinions tous un peu de roumain mais seuls les plus expérimentés pouvaient se risquer à quelques échanges.

Et ça a marché !!!

La "cérémonie" a été expédiée en deux coups de cuillère à pot, les mariages se faisaient à la chaîne...

Ce jour là la récréation à l’école française de Bucarest a été un peu plus longue que d’habitude... à peine...

Mais nous étions heureux et fiers d’avoir réussi à "couillonner" la securitate.

Les contes de fées parfois se réalisent, Petre a retrouvé sa femme quelques mois plus tard, ils ont fait leur vie au Canada...

Répondre à cet article

18 visiteurs en ce moment

380

18 visiteurs en ce moment

SPIP | squelette | | Plan du site | mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
 |