Accueil du site > Côté professionnel... > CV - enseignant au parcours atypique ?

CV - enseignant au parcours atypique ?

On n’échappe pas à son destin...

mardi 11 avril 2006, par marc

Petits commentaires de mon CV téléchargeable...

A l’occasion d’un entretien professionnel je me suis vu qualifier d’enseignant au parcours atypique...

Et la blouse blanche vira au gris...

30 ocobre 1957 : premier jour ! 30 octobre 1957... j’ai un à peine un jour !

Ma mère rêvait de faire de moi un pharmacien, synthèse harmonieuse entre l’épicerie familiale, le commerce et le prestige de la médecine.

Mon père, tous les matins, chevauchant son Caddy [1] pour rejoindre son poste de professeur de sciences naturelles de collège, longeait les serres, les laboratoires et les champs expérimentaux des chercheurs de l’INRA [2]. C’est donc en chercheur jardinier qu’il m’imaginait volontiers...

Dans les deux cas je ne coupais pas à la blouse blanche...

Et moi... je rêvais de grand large, je me voyais bien commandant de cargo, capitaine du Karaboudjan... sillonnant les mers et les océans...

...

On ne me décourageait pas vraiment, ça allait me passer... On se contentait de bien me faire sentir tous les inconvénients de cette profession qui vous éloigne la plus grande partie de votre temps du logis familial où se morfond une épouse éplorée et résignée... On soulignait avec insistance l’inconfort des tempêtes, la cruauté des indigènes et l’épreuve douloureuse des maladies tropicales...

Dans les "années collèges" à Avignon , j’avais réussi à trouver un compromis : l’océanographie !

En fait ce qui m’intéressait c’était encore plus la littérature où l’histoire mais le leitmotiv du grand Destop revenait sans cesse : pas de débouché !!!

Hors des filières scientifiques, point de salut : tu feras une seconde C mon fils ...

Océanographie ?

Mais allez donc trouver une école d’océanographie ... Le grand dépendeur d’andouille dont je ne souviens pas le nom et qui faisait office de conseiller d’orientation m’avait lorgné d’un drôle d’air... trop regardé Cousteau mon p’tit gars...

Alors le bac est arrivé et très curieusement je l’ai décroché avec, qui plus est, un ersatz de mention ...

Pour finir, ce fut la fac de médecine avec une idée en tête : devenir "fly doctor"...

Mais on n’échappe pas à son destin...

Déjà à la fin de la classe de troisième j’avais failli y passer à cause du coup du 420...

Mon père m’avait dit : "si tu réussis l’Ecole Normale je te paye un 420 !!"

Gloups... un 420...

Le concours de l’école Normale en fin de troisième c’était un peu l’Everest des concours... Réservé aux élites de l’école républicaine... Loin d’être un mauvais élève je n’étais pas un aigle non plus... Mon père ne risquait pas grand chose avec le 420... Et bien mais dites moi ... Ne voilà t-il pas que je me retrouve admissible ! Exploit stupéfiant qui m’ouvrait les portes d’études balisées et la promesse de surfs mémorables à la barre de mon 420... Mais hélas (heureusement ?) collé à l’oral...

Donc je vous passe les détails, deux ans de fac de médecine à Nîmes, pas assez de travail et pas de réussite au concours ... Un petit tour de quelques jours en fac de biologie à Avignon (tiens voilà l’INRA qui repointe le bout de sa blouse) et ... re concours d’Ecole Normale à Nîmes cette fois.

Verdict : 7ème et dernier sur la liste supplémentaire... A moi l’INRA ...

Et puis on n’échappe pas à son destin : l’école Normale de Lyon recherchait de vaillants sujets dans les listes complémentaires des autres écoles normales pour compléter ses rangs.

Et voila comment par un beau matin d’automne je gagnais la capitale des trois Gaules débarquant à la gare de Perrache pour escalader la colline de la Croix Rousse où se sitait l’Ecole Normale d’instituteurs de Lyon...

Résultat des courses : je ne coupais pas à mon destin, j’allais être instit comme papa et maman... à moi la blouse grise du maître d’école...

Instituteur et directeur au long cours.

Pour moi l’école c’est un peu comme Obélix avec la potion magique, j’y suis tombé dedans quand j’étais tout petit... Mes chers parents étaient un couple d’institeurs de campagne à la Ferté Vidame (Eure et Loir). Quand je suis né ils habitaient l’école.

J’ai donc eu tôt fait de glisser dans le moule républicain, d’épouser mon institutrice au passage et de me lancer dans la vrai vie...

Les années d’écoles normales furent deux années de vrai bonheur, la chance de me plonger par un concours de circonstances, ce qui constituait autrefois "l’esprit de promo".

Première expérience professionnelle : Vaulx en Velin... "Zil en Zup". La banlieue, et déjà la castagne et les voitures qui brûlaient... Mais la découverte de collègues merveilleux, des gens qui y croyait ... de vrais instits ...

mais arrive ce qui constituera le point de départ de périples hors de France, tous les sursis étant épuisés il fallait répondre à l’appel du service national.

Ce sera la "coopération" et une destination aussi inconnue qu’inattendue : Bucarest, Roumanie... de l’autre côté du mur...

JPEG - 15.1 ko
Legitimatie

Découverte d’un autre monde et redécouverte de mon métier avec cette idée de mission qui se forge et qui guidera toute la suite.

A l’issue des deux années en Roumanie nous sommes censés traverser l’Atlantique direction le lycée de New York.

Au dernier moment le rêve américain tombe à l’eau et nous nous résignons à reprendre le cours des choses normales dans notre département du Rhône. Mais sur la fin de l’été nouveau coup du sort ou plutôt de téléphone et deux destinations s’offrent à nous : Portland Oregon avec la Mission Laïque ou Sofia, Bulgarie, avec le ministère des affaires étrangères. Le choix est cornélien entre une destination l’Amérique et une famille la MLF que je n’aurais de cesse de retrouver et un poste certes mal payé mais de directeur en Bulgarie.

Et ce fut la Bulgarie pour six années. Six années riches et pleines sur le plan professionnel : apprentissage de ce qui allait devenir mon métier principal : directeur d’école.

JPEG - 20.7 ko
Kniajevo

L’école en grandissant déménagera trois fois : Kniajevo est la deuxième...

En six ans de travail passionné et passionnant la petite école de deux classes primaires est devenue un collège avec même un embryon de lycée...

JPEG - 16.8 ko
Sofia... maître d’école
JPEG - 28 ko
Rentrée scolaire à Sofia

rentrée scolaire dans la troisième école Vokolamsko Chaussée avec Gilles et Morinos

Quand nous avions quitté Bucarest nous avions dit "n’importe quel pays sauf un autre pays de l’Est et ce fut Sofia... Après la Bulgarie nous sommes dit "n’importe où, sauf l’Afrique".

Nous avons donc pris la direction de la Tanzanie.

Servir à l’étranger ce n’est pas un tourisme professionnel organisé au frais de la république, servir à l’étranger c’est accepter d’accomplir une mission quelque soit le lieu... Peu importe la destination ce qui compte c’est ce que l’on doit y faire.

A Dar Es Salaam j’ai persévéré dans ce qui allait devenir ma façon de travailler : investir tout ce qui avait été appris dans le poste précédent et acquérir de nouvelles compétences pour le suivant.

Un réseau local de formation continue pour les enseignants recrutés locaux est ainsi né.

Après dix années passées hors de France soit nous devenions des expatriés professionnels, soit nous retournions nous ressourcer. C’est donc à notre demande que nous regagnons la France. Il s’en ai fallu d’un cheveux que nous reprenions la direction des Balkans avec la Mission Laïque mais les guerres de Yougoslavie venaient d’éclater et le projet ne pu aboutir.

Retour sur Lyon.

Première absurdité administrative, alors même que j’avais occupé deux directions d’écoles, complexes à gérer, que j’avais été inspecté et évalué par deux fois, par deux inspecteurs différents venus de France et alors que je me proposais de prendre n’importe quelle direction d’école dans n’importe quelle localité du département du Rhône voilà que l’on me recalait au motif que je n’étais pas inscrit sur la liste d’aptitude aux fonctions de directeur d’école ! Le tout dans un contexte de pénurie qui conduisait l’administration à nommer directeur d’office, des instituteurs adjoint qui n’en avait cure !

Qu’à cela ne tienne ! J’en ai profité pour étoffer mes compétences pédagogiques en me portant volontaire quelques semaines après la rentrée scolaire pour un poste de "maître ZEP". J’ai pu ainsi pénétrer le milieu associatif, participer au développement des quartiers, visiter de nombreuses écoles partager le quotidien de différentes équipes pédagogiques en somme engranger de précieuses informations pour la suite...

Un an après, adoubé réglementairement je pouvais prétendre de nouveau à une direction d’école.

Saint Cyr Au Mont D’Or, une très belle école en pierre jaune, un esprit de village, tout en périphérie de la grande agglomération lyonnaise. J’ai bousculé un peu la torpeur, appliquant des méthodes de communication et un savoir faire acquis à l’étranger dans cette paisible commune des Mont D’Or. Avec beaucoup de succès et toujours et surtout beaucoup de plaisir !

JPEG - 19.8 ko
Saint Cyr au Mont D’Or
JPEG - 31.2 ko
CE1

Cette courte période a été féconde à double titre sur un plan strictement professionnel je suis rentré de plaint pied dans la pédagogie coopérative avec ma classe de CE1, avec le recul probablement ma meilleure expérience professionnelle avec des élèves.

La deuxième avancée je la dois au monde associatif, enrôlé dans le groupe des dirigeants de mon club de voile, le Cercle de la Voile de Lyon je me suis retrouvé propulsé trésorier et gestionnaire d’une PME associative. J’ai appris sur le tas la comptabilité, la gestion, je me suis colleté aux déclarations de charges, l’établissement des feuilles de paye, l’URSAF les ASSEDICs, la DDAS de fin d’année. Préparer un bilan un compte de résultat. Un autre métier !

Mais l’appel du large nous fit prendre la direction de la Suède, embarqué dans les bagages de l’entreprise Renault qui tentait une ambitieuse fusion avec le suédois Volvo. Découverte d’autres univers à Götteborg , la culture d’entreprise, le concept de qualité totale. Le modèle suédois et une autre façon d’enseigner qui nous faisait passer aux yeux de nos collègues suédois pour de dangereux bourreaux d’enfants Las ! le mariage industriel tourna au divorce et nous regagnâmes la France avec les restes de l’armée en déroute...

Cette fois mon certificat de baptême est à jours et me voici directeur d’une école de 9 classes à Ecully dans le Rhône.

JPEG - 19.3 ko
Ecole du Centre Ecully

J’aurai l’occasion de revenir sur le dur métier de directeur d’école, sur le grand écart qu’impose la pratique simultanée de deux métiers : enseignant et directeur d’école. Ecully à ce égard (de triage) n’était pas une synécure...

Aussi quand un matin je suis "tombé" sur une petite annonce du journal des coopératives scolaires qui détaillait le profil souhaité du nouvel animateur départemental pour l’association du Rhône j’ai tout de suite senti que ce poste était pour moi.

Nouveau plongeon dans l’inconnu mais je me sentais bien armé avec mes différentes expériences acquises sur le terrain de l’école et dans le monde associatif.

Et c’est ainsi que durant 5 années je me suis temporairement éloigné de l’école. Cinq années passionnantes où j’ai pu mettre à profit dans un premier temps, toutes les compétences acquises dans le domaine de la comptabilité dans puis dans l’informatique avec le début de l’aventure Internet. Animateur départemental puis national (à mi temps) j’ai pu sillonner mon département le Rhône allant d’école en école, de collège en IME, des villes à la campagne mettant le doigt sur la grande diversité des situations d’enseignement. Formateur d’adultes également dans différentes villes de France.

Associé à des réflexions nationales au sein de l’OCCE et ses groupes de travail j’ai pu avoir le sentiment d’agir au coeur du problème, peut être même d’avoir contribué à faire évoluer certains dossiers en particulier pour ce qui concerne le problème de l’argent à l’école, certains dossiers juridiques.

Formateur d’adultes : comptabilité et informatique, je continue à acquérir de nouvelles compétences.

Dans un autre secteur associatif je participe à une nouvelle aventure : la création à Lyon de la caisse de Crédit Mutuel Enseignant, plongée dans le monde de la banque et de la finance, je participe même à des stages de formation organisés par la Fédération centre Est-Europe du Crédit Mutuel.

Encore une fois au bout de cinq ans j’éprouve le besoin de retourner sur le terrain, de tourner la page.

Cette fois c’est l’AEFE qui me recrute pour un poste jugé difficile à Ankara en Turquie. Mon prédécesseur ayant été mis sur la touche est toujours en poste dans l’école "rétrogradé" au rang d’adjoint.

La planche promet d’être savonnée...

Elle le fut ! mais la situation se rétablit assez vite et malgré de grosses difficultés matérielles en début de séjour, Ankara sera une nouvelle expérience enrichissante.

Je suis statutairement placé sous l’autorité d’un chef d’établissement mais ce dernier ou plutôt ces derniers, ils seront deux à se succéder à ce poste durant mon séjour, avec qui j’ai entretenu d’excellents rapports professionnels et humains m’ont délégué une très large marge d’autonomie. Autonomie accentuée par l’implantation sur deux sites différents des deux entités, école et lycée qui constituent l’établissement.

Directeur d’école est un métier ingrat je le mesure une fois de plus. J’ai plus d’élèves qu’au lycée/collège et pourtant ils sont sept personnes à assurer tout ou partie des tâches que j’accomplis chaque jour ! Et en plus je dois un service partiel devant les élèves !

C’est alors que naît le désir de trancher une bonne fois pour toute, de cesser le terrible et désastreux grand écart entre la classe et la direction... Devenir chef d’établissement.

Et je retrouve les joies de l’administration...

Passe encore qu’après cinq années à l’OCCE où chaque année je participais à la formation initiale des directeurs d’école où j’animais fréquemment des conférences pédagogiques à l’attention des directeurs d’écoles mais à l’issue desquelles il m’a fallu repasser l’entretien pour être apte aux fonctions de directeur d’école ! (que j’ai passé avec un IEN chez qui j’avais quelques semaines auparavant assuré une animation avec des directeurs de sa circonscription !!!)

Cette fois l’obstacle est de taille : pour me présenter au concours il faut avoir été au moins 5 ans directeur d’école dépendant du Ministère de l’Education Nationale... Directeur je le suis depuis plus de 15 ans... mais essentiellement à l’étranger, alors même que sur ces postes j’ai fait fonction de chef d’établissement ayant en charge des classes de collège et de lycée... ces années là ne comptent pas ...

Je me présente malgré tout aux épreuves après m’être préparé avec le CNED, je suis déclaré admissible mais j’échoue à l’oral. J’ai bien analysé et compris les raisons de cet échec, avec le CNED j’avais bien assimilé la méthodologie de cette épreuve assez particulière et difficile mais j’étais "trop court" sur certains sujets de base.

Après quatre ans passés en Turquie nous estimons qu’il est temps de nous reprendre le chemin de la France.

Dans l’intérêt du poste que j’occupe : le directeur est seul élément mobile de l’équipe il m’apparaît impératif d’apporter du sang neuf et un renouveau. D’autre part nous sommes deux et Marie mon épouse à besoin de retrouver un poste plus gratifiant que celui qu’elle occupe dans son lycée turc.

Le retour sur la France nous conduit sur les rivages atlantiques, à la Rochelle et par le jeu très conventionnel des mouvements administratif et de quelques entretiens, j’obtiens un poste encore très différents de tout ce j’ai pu faire auparavant : chargé de mission au centre de Doumentation Pédagogique de Charente Maritime. Poste que je détaillerai dans un article particulier.

à suivre...

PDF - 89.8 ko
CV Marc Jamois

Notes

[1] cyclomoteur de la marque Motobécane, vitesse limitée à 35km/h mais à graissage séparé !

[2] Institut de la Recherche Agronomique

Répondre à cet article

22 visiteurs en ce moment

22 visiteurs en ce moment

SPIP | squelette | | Plan du site | mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
 |