Accueil du site > Côté personnel... > Guy, Bertrand, Sylvère ...

Guy, Bertrand, Sylvère ...

vendredi 1er février 2008, par marc

- Que sont mes amis devenus
- Que j’avais de si près tenus
- Et tant aimés
- Ils ont été trop clairsemés
- Je crois le vent les a ôtés
- L’amour est morte
- Ce sont amis que vent me porte
- Et il ventait devant ma porte
- Les emporta

- Avec le temps qu’arbre défeuille
- Quand il ne reste en branche feuille
- Qui n’aille à terre
- Avec pauvreté qui m’atterre
- Qui de partout me fait la guerre
- Au temps d’hiver
- Ne convient pas que vous raconte
- Comment je me suis mis à honte
- En quelle manière

- Que sont mes amis devenus
- Que j’avais de si près tenus
- Et tant aimés
- Ils ont été trop clairsemés
- Je crois le vent les a ôtés
- L’amour est morte
- Le mal ne sait pas seul venir
- Tout ce qui m’était à venir
- M’est advenu

- Pauvre sens et pauvre mémoire
- M’a Dieu donné, le roi de gloire
- Et pauvre rente
- Et droit au cul quand bise vente
- Le vent me vient, le vent m’évente
- L’amour est morte
- Ce sont amis que vent emporte
- Et il ventait devant ma porte
- Les emporta

Rutebeuf (1230-1285)

Répondre à cet article

33 visiteurs en ce moment

101

33 visiteurs en ce moment

SPIP | squelette | | Plan du site | mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
 |