Accueil du site > Côté personnel... > Les boulons de 4 L

Les boulons de 4 L

mardi 24 juin 2008, par marc

Encore une miniscule histoire ...

J’ai déjà raconté dans quelles conditions j’avais "égaré" ma contrebasse entre Carpathes et vallée du Gier...

Donc pour "nous punir", d’avoir hébergé et facilité le départ d’un dangereux "agitateur sectaire" la sinistre Securitate roumaine nous avait subtilisé les quatre roues de notre 4L ...

Pas très méchant, mais comme nous étions proches de l’Ambassade de par notre statut ... il s’agissait, dirons nous d’une touche d’humour de la part nos amis barbouzes...

Comme d’hab il fallait faire contre mauvaise fortune bon coeur et déployer des trésors d’imagination pour nous tirer de ce mauvais pas.

Pour commencer trouver 4 roues de 4L. Alors rappelons qu’en Roumanie, à l’époque, il était possible de rouler en Dacia "o millie tre sute" ... Dacia 1300... Erzatz de Renault 12... Attention pas d’enthousiasme prématuré, en 1982 on est loin, très loin des succès de la Logan ! Et pas moyen d’adapter les roues de la carutsa locale à notre "exotique" 4L... Pas d’espoir non plus côté Lada, les roues des véhicules du grand frère soviétique ne risquent pas d’assurer le roulement harmonieux de notre véhicule de plombier de l’ouest décadent...

Mais coup fourré ! comme aux Mille bornes ! Des roues nous en avons ...

Et quatre en plus :

2 roues de secours (dame vu que l’on crève à tire larigo, biscotte le roumain moyen il circule plutôt avec des bourricots et que les dites bestioles perdent les clous de leurs fer tant que ça peut le long des routes roumaines... deux roues de secours c’était un minimum pour circuler un tant soit peu dans ce beau pays !

Et de deux...

Et comme, richissimes occidentaux nous étions dotés du confort absolu nous avions en plus deux roues chaussées de pneus cloutés en réserve.

Eurêka ! 2 + 2 = 4... Victoire !!!

Sauf que pour fixer nos quatre roues... il ne manquait que des boulons... Et aller savoir, filetage à la noix, pas moyen de trouver les dits écrous dans le commerce local...

Alors c’est comme ça que nous avons reçu par la valise diplomatique du mercredi, 12 écrous flambant neufs via le service auto des Ambassades. (les vieux expats reconnaîtront l’officine !)

Et deuxième conséquence : une traversée de la Germanie avec des roues cloutées en plein été, alors que c’était déjà strict verboten en plein hiver.... d’où l’attaque d’apoplexie du gabelou à casque à pointe à la sortie du territoire à la vue de nos pneus... Il faut dire que je vous parle d’un temps où il y avait encore des postes frontières pour passer le Rhin...

Répondre à cet article

18 visiteurs en ce moment

262

18 visiteurs en ce moment

SPIP | squelette | | Plan du site | mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
 |