Notre Vogalonga.

Le rêve vénitien enfin réalisé ...

mercredi 30 mai 2007

Voilà c’est fait, nous pouvons dire que nous avons "fait" la Vogalonga... Le rêve vénitien...C’est à la suite d’un message de Daniel reçu en 2005 que petit à petit l’idée de participer à cet évènement avait germé... Si l’idée de naviguer dans Venise avait tout pour nous séduire, deux obstacles majeurs se dressaient : tout d’abord à la Pentecôte c’est la date du rassemblement annuel des Blue-Djinns, notre bateau, rendez vous que nous n’avons pas manqué depuis que nous avons le bateau. Rassemblement des Blue DjinnsLe deuxième était plutôt d’ordre physique : la perspective de ramer pendant 32 km, nous inquiétait un peu.... En fait 90% de l’utilisation du Klepper se faisant jusqu’alors à la voile !

Vogalonga 2007 !Pourtant Venise ...

Le premier obstacle a été vite levé, "entre les deux mon coeur balance" il fallait faire un choix ... Pour cette année la logistique pour le rassemblement des Blue Djinns n’était pas simple à mettre en place : Marie étant à Saint Michel, moi à Tulle, le bateau à Vassivière, le rassemblement à Hourtin ... Donc nous nous sommes décidés à l’automne pour la Vogalonga.

Il ne restait plus qu’à programmer quelques entrainements pour savoir si nous étions capables de tenir la distance, ce qui fut fait à Vassivière avec trois sorties assez longues ... On pouvait tenir le coup, peut être pas toute la course... mais aller savoir ... dans Venise ...

A l’ouverture du site officiel je procédais à notre inscription, 13 Euros par rameur... pas ruineux.

Restait à résoudre l’intendance. Après plusieurs échanges de mail et quelques exploration sur le web je jetais mon dévolu sur le camping de Fusina (tous les détails pratiques seront à la fin). J’essayais d’avoir des renseignements par mail, pour savoir s’il était prudent ou nécessaire de réserver un emplacement pour une tente... mais pas de réponse.

Vendredi 25 mai : manque de chance une réunion professionnelle me retient à Limoges plus tard que prévu, je ne suis de retour sur Tulle que vers 17h. Juste le temps de charger les sacs du kayak et quelques accessoires de camping, départ pour Saint Michel vers 18h, 350 km de route. Je retrouve mon équipière et rameuse préférée, dîner rapide puis chargement du reste du matériel de camping.

Samedi26 mai : départ 6h30 de saint Michel, direction Venise autoroutevia les Alpes et le Fréjus soit environ 750 km. Une route que je connais par coeur pour l’avoir sillonnée pendant 12 ans à destination de la Roumanie, de la Bulgarie et de la Turquie où nous résidions à l’époque.

Arrivée sur Venise vers 14h 30, trouver Fusina n’est pas compliqué, il suffit de prendre la direction de Ravena au sortir de l’autoroute et ensuite la direction est indiquée.

Enfin nous voici au camping, première bonne nouvelle : pas de problème pour planter la tente ! Le camping est pourtant plein comme un oeuf ! Des kayaks, des canoës, des Camping de Fusinabarques de toutes sortes venus de toute l’Europe. Nous trouvons cependant un emplacement, nous ne faisons pas les difficiles ! La majorité des campeurs semblent être arrivés la veille et tout le monde se repose dans la perspective du lendemain. Installation et montage du kayakLa tente montée, nous procédons de même pour la kayak et comme il est près de 16 h nous décidons de prendre le vaporetto qui part de Fusina pour aller à Venise terminer notre inscription. L’émotion, la fatigue ? Au moment d’embarquer je crois avoir oublié mes papiers à la tente, je retourne au triple galop... pour m’apercevoir qu’ils sont dans la poche arrière de pantalon !!! Le vaporetto part sous nos yeux... On prendra l'suivant !Qu’importe nous prendrons le suivant et nous en profitons pour explorer les lieux et en particulier trouver le meilleur endroit pour mettre à l’eau.

17 h30 le vaporetto nous dépose à Venise, nous filons vers San Marco pour retrouver l’endroit indiqué pour finaliser l’inscription : tout va bien on nous remet un paquet cadeau avec poster, tee shirt et le dossard 640... Compte tenu de ce qui nous attend le lendemain, nous décidons de rentrer au camping pour nous reposer, d’autant que l’orage commence à gronder.

Le retour se fait sous un ciel de plus en plus plombé, le vent se lève, un méchant petit clapot agite la lagune... ça promet pour demain ! A peine arrivé l’orage éclate... Nous décidons de coucher de bonne heure après un repas avalé sous la tente. Le groupe des bretons qui campe près de nous a dans ses rangs un sonneur de biniou et c’est parti pour un récital !

Dimanche 27 mai

5h je suis déjà réveillé - vers 6h réveil en fanfare ou plutôt au son du biniou ! Ah ces bretons ! le petit couple le japonais qui campe à côté de nous ne comprend pas trop ce qui se passe !

Sitôt le petit dèj avalé, aller hop ! En route ! Le grand départ !!!Nous serons dans les premiers sur l’eau. Départ de FusinaVenise nous voilà ! La traversée est un peu longue, surtout avec le vent dans le pif... En route pour le départ !Heureusement le temps est à peu près beau. Nous traversons la lagune, longeons le port de commerce avec ses grands paquebots et entrons dans le canal de la Giudecca... Des dizaines d’embarcations de toute nature mais à rames convergent vers le point de départ situé à l’embouchure du grand Canal.

8h 30 nous arrivons pil poil pour vivre le départ. Les bateaux se pressent dans une ambiance bon enfant et joyeuse. Des gros et des petits !Le spectacle est magnifique. Au fur et à mesure que l’on s’approche de 9 heures l’excitation grandit. Départ de la VogalongaEt puis arrive ce moment intense. Il est neuf heures. les cloches de Venise battent à toute volée. Coup de canon. Une clameur monte de tous les bateaux les rames se dressent vers le ciel puis plongent dans la lagune. La flotte s’ébranle. L’instant est magique, irréel l’émotion nous étreint, rien que ce moment justifie la participation à la Vogalonga !

Et c’est parti pour une longue, très longue, journée de navigation à la rame...

Nous ne sommes pas rapides, nous nous faisons doubler plus que nous ne dépassons nous même de bateaux mais qu’importe nous avançons ! Et tant pis si les premiers sont déjà loin ! En course !Nous longeons les îles, habitées ou sauvage en direction de Murano. La flotte s’étire. Certains bateaux s’arrêtent, font des pauses. Nous choisissons de continuer de progresser à notre rythme. En vue de Burano quelques malins commencent à couper le fromage ! Marie a un coup de blues... mais nous continuons ; Il faut dire que jusqu’à maintenant nous avons pratiquement toujours eu le vent dans le nez... ça n’aide pas !

Nous nous ravitaillons au fur et à mesure tout en continuant à pagayer.

Les maisons colorées de BuranoEnfin c’est Burano, ses maisons colorées. beaucoup d’embarcations sont échouées à droite et à gauche.

Pause à Burano

Nous faisons nous aussi une petite escale. Le soleil brille, il fait chaud et nous entamons "la descente" vers Murano et Venise. Plus nous approchons de Murano et plus nous sommes seuls, nous suivons une barque vénitienne et un kayak qui sont devant nous assez loin.

C’est là que nous ferons notre seul erreur de parcours : au lieu de rentrer dans Murano nous passons en dessous et Muranoapercevons au final, une grande partie de la flotte qui s’apprête à rentrer dans Venise.

parcours dans VeniseA notre tour nous rentrons dans le Cannaregio puis enfin nous débouchons dans le grand canal. C’était un peu le but, le graal ... Entrée dans Venise Les encouragements fusent des terrasses !Nous sommes bons derniers ! Les convives attablés dans les trattorie qui bordent le canal nous encouragent à grands cris ! ! dans Venise !La carte postale de Venise défile, Marie mitraille les palais et les édifices. Les embarcations qui en ont terminé remontent le canal pour rejoindre leur point de départ près de la gare.

...Les palais de Venise défilent sous nos yeux : Enfin San Marco est en vue.... il reste une centaine de mètres quand soudain retentit le coup de canon qui annonce la fin de la fête ... C’est trop bête nous poussons comme des damnés sur nos pagaies et finissons sous le ponton des organisateurs qui commencent à plier bagage. Heureusement ils nous repèrent et nous recevons notre diplôme et notre médaille !!!

La lionne de Venise !Nous sommes un peu groggy ! C’est fait... nous avons bouclé le parcours ! A ce stade le GPS indique 39 km et des brouettes au compteur...

mais ...

Il faut rejoindre le camping ! Et circonstance aggravante le tonnerre recommence à gronder tandis que le ciel s’obscurcit !

Nous quittons le Grand canal et rejoignons La Giudeca. le clapot généré par les vaporetti est intense croisé dans tous les sens... Nous décidons de nous réfugier dans un petit canal pour récupérer et nous restaurer au calme avant la traversée du retour.

Un petit quart d’heure de récupération et en route ! Il faut arriver avant l’orage... Nous avons encore deux heures de navigation devant nous... Ah s’il avait fait beau nous aurions paressé... mais non il faut pousser sur les pagaies !

En route nous retrouvons quelques embarcations qui visiblement se dirigent vers Fusina.

Passé la Giudecca le plan d’eau est plus calme, le ciel est couvert, la pluie commence à tomber mais le vent reste modéré et nous l’avons dans le dos ! Nous progressons dans la lagune. Une étrange automobile amphibie pétarade et suit le chenal ... étrange. Voiture amphibiele ciel se plombe de plus en plus. Et oh miracle ! sur la fin, un bateau à moteur nous propose de nous remorquer. Nous acceptons avec gratitude et le dernier kilomètre se fait en remorque. Deux gros navires remontent le chenal devant le camping... manquerait plus que se faire couper en deux à l’arrivée !!

Il est environ 17h quand nous accostons ... Nous avons ramé environ plus de 10 heures, parcourus 44km...Nous sommes claqués mais heureux, Marie semble sur un petit nuage ...

Le kayak est remisé près de la tente. Direction la douche puis la pizzeria du Camping et vers 18h ... nous nous affalons sur nos matelas dans la tente et sombrons du sommeil du juste !!!

Médaille ! le parcours...

2 Messages de forum

  • Notre Vogalonga. 1er juin 2007 16:37

    Bravo à tous les deux. Cela donne envie. Mais la distance est impressionnante !! Moi qui n’est pas encore dépassé la limite des 10 km.

    A bientôt de lire d’autres aventures. Jean Louis

    Répondre à ce message

  • Notre Vogalonga. 27 avril 2008 10:34

    nous l’avons fait aussi et quelle fièretée !! nous repartons cette année avec un canoê bois rénové pour cette nouvelle vogalonga ;alors peut-etre qu’on se verra.kenavo

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

1 visiteurs en ce moment

3516

1 visiteurs en ce moment

SPIP | squelette | | Plan du site | mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
 |