Accueil du site > Le blog du kayak pliant > Vassivière en Limousin

Vassivière en Limousin

dimanche 18 mars 2007

JPEG - 236 ko

Le Lac de Vassivière s’étend sur près de 1.000 hectares. Il comprend 6 plages, 3 ports de plaisance, 300 km de chemins de randonnée, 45 km de rivages, entre Creuse et Haute-Vienne. C’est le plus grand lac du Limousin. Et nous avions un espace de jeux pour nous tout seul pour cette première navigation de l’année ! En effet il n’y avait pas grand monde ce samedi sur le lac de Vassivière en Limousin...

L’objectif était un premier entraînement uniquement à la pagaie en vue de la Vogalonga. Il est vrai que, à part une navigatiopn dans le marais poitevin, je n’ai pas souvent utilisé le kayak à la seule force des pagaies, privilégiant la voile où la force du courant de la rivière !

Séquence montage du kayak.


Created with Admarket’s flickrSLiDR.

L’opération est simple, il suffit de disposer d’un emplacement propre, de bien suivre l’ordre : montage du squelette : en gros deux moitiés que l’on enfile dans la peau, montage des derniers couples, de l’hiloire, gonflage des boudins et enfin palonnier, sièges et éventuellement le gréement et les portants.

le kayak est monté avec les portants en position courte et le premier tronçon du mât. Je voulais voir si l’ensemble ainsi monté permettait de pagayer correctement.

En fait la réponse est non et nous les avons démontés pour pouvoir vraiment pagayer à deux.

Petite navigation sympa, autour de l’île de Vassivière, malgré un temps qui a progressivement viré d’un soleil frileux à un temps franchement maussade...

Passage sous le pont qui relie l’île de Vassivière "au continent" ! Sur l’île se trouve le centre d’art comptemporain que l’on peut visiter.

4 Messages de forum

  • Vassivière en Limousin 20 avril 2007 11:01, par Jean Louis

    Bonjour, Je consulte régulièrement votre blog et j’y ai trouvé beaucoup d’informations intéressantes. Je suis tenté par l’achat d’un kayak pliant, mais l’investissement reste très onéreux et demande réflexion. Compte tenu que vous étes un utilisateur d’un Klepper, j’en profite pour vous poser quelques questions.

    Le temps de montage : il fait souvent débat (de 15 mn annoncé par le constructeur à 45 mn voire 1H annoncé par les détracteurs des kayaks pliants). Où est la vérité ? En pratique, le démontez vous après chaque sortie ou seulement en début de saison et en fin de saison ?

    L’utilisation en mer : de ma petite expérience dans cet environnement (une sortie avec un K Sit On Top et une autre avec un belouga 2), il est clair qu’on sort complétement mouillé avec un SOT, quasiment pas avec un belouga. Qu’en est il avec un klepper sans la jupe ? Utilisez vous une jupe et dans quelles circonstances ? A la voile, peut on utiliser la jupe (malgré la fixation de la barre pour les dérives ou de la barre d’écoute ?

    Utilisation à la voile : vous avez construit un système permettant de tranformer le Klepper en trimaran et visiblement vous l’avez fait après l’avoir utilisé dans un premier temps sans. Utilisez vous systématiquement cette installation quand vous naviguez à la voile ou vous arrive-t-il encore d’utiliser le grément sans les flotteurs ? Est il envisageable d’emporter le grément démonté et de le monter en navigation ou vaut-il mieux le faire avant d’entreprendre la navigation et donc de faire le choix avec ou sans grément avant de partir ?

    Choix entre version touring et expédition : compte tenu de la différence de prix, je m’oriente plutôt vers la version touring ? Je crois que vous avez la version expédition ? Quels sont les inconvénients de la version touring (a priori lié à l’absence de bandes de ragage). A ce sujet, quel est le niveau de résistance du tissus aux frottements avec le sable (arrivée de plage) ou sur les rochers en rivière (passage avec très faible tirant d’eau) ?

    Utilisation du chariot de transport : le revendeur Klepper en France propose deux types de chariot : un simple qui semble correspondre au votre, et un autre permettant de l’utiliser comme un caddy, mais il semble plus volumineux et je ne suis pas sûr qu’on puisse le transporter sur le kayak comme vous le faites. Peut on transporter le kayak sur un chariot comme le votre en laissant à l’intérieur le matériel transporté (bidons, sacs etc) ou doit on le vider à chaque transbordement ?

    Désolé de vous accaparer autant avec des questions de néophytes. Merci d’avance de vos réponses. Amicalement et bonne chance pour la Vogalonga. Jean Louis

    Répondre à ce message

  • Vassivière en Limousin 21 avril 2007 10:04, par Marc

    Merci Jean Louis pour votre sympathique message, je vais essayer d’y répondre dans les grandes lignes. Le temps de montage :

    S’agissant du kayak seul, à deux, un quart d’heure peut suffire, compter 20 mn ... Si vous ajoutez gréement, stabilisateur disons une demi heure en gros.

    Stockage :

    Tout dépend de vos possibilités : en Turquie j’habitais en ville au quatrième étage, le kayak était systématiquement démonté et stocké dans ses sacs, à la Rochelle, je conservais le kayak monté et j’utilisais même une remorque à bateau pour le transporter. Dans tous les cas il faut être soigneux : dessalage, rinçage, enlever le sable ou le gravier qui peut raguer entre l’ossature bois et la peau après chaque sortie. Jupe :

    En mer j’utilise une jupe systématiquement pour éviter d’embarquer de l’eau à cause des vagues. J’en ai deux : celle d’origine pour la position biplace et une "à un trou" quand je navigue seul avec le siège au milieu du kayak. Pas de problème pour naviguer à la voile avec, la barre des dérives se fixe par dessus sans aucune difficulté (c’est étudié pour !!!)

    Les portants :

    Première remarque ils ne transforment pas véritablement le Klepper en "trimaran", il ne faut compter sur eux pour aller plus vite, le Klepper à voile n’est pas un engin de vitesse ! Ils sont là uniquement pour augmenter la stabilité, surtout au portant à la voile avec un peu de mer. J’utilise de manière quasi systématique les portants pour naviguer, sauf si il s’agit d’une navigation exclusivement à la pagaie, ce qui est rare, sauf pour la Vogalonga (aïe ayayaïe !!!!) Utilisation voile :

    Quand je navigue seul je peux sans bouger de mon siège (au milieu) hisser et abaisser les voiles (pour le foc j’utilise un petit emmagasineur pour rouler le foc.

    On peut imaginer d’embarquer le gréement démonté et de le faire en route, soit en s’arrêtant sur la côte, soit en mer mais sans portant l’exercice sera un peu "casse gueule" mais je pense faisable si la mer est plate.

    Pour ce qui me concerne dans 99 % des cas je navigue avec tout l’ensemble.

    Résistance au ragage,

    bien que l’hypalon soit un tissu très résistant les bandes de ragage sont bien utiles... Je les entretiens en permanence, petites rustines, collage ect ...

    Maintenant si vous êtes soigneux, que vous vous ne aventurez pas sur des rivières caillouteuses et peu profondes, que vous fassiez toujours des arrivées de plage tranquilles... pas de souci !

    Chariot :

    Le modèle Klepper qui fait diable doit être une bonne solution, personnellement mon chariot ne me sert qu’à transporter le kayak monté, je le garde toujours avec moi en navigation. Quand j’arrive dans un coin avec la kayak démonté, je sors les sacs pour trouver un endroit propice pour le montage près de la voiture, ensuite je rejoins le lieu d’embarquement en tirant le kayak sur son chariot, je place celui ci à l’arrière et c’est parti !

    Voilà en gros ce que je peux vous dire , bonne nav !

    @+marc

    Répondre à ce message

  • Vassivière en Limousin 22 avril 2007 18:41

    Merci Marc pour toutes ces informations précieuses.

    Encore félicitations pour votre blog. C’est la meilleure manière de glaner des informations objectives. Bonnes navigations. Amicalement. Jean Louis

    Répondre à ce message

  • Vassivière en Limousin 2 juin 2007 19:51, par Pierre Chiffolleau

    Bonjour,

    Bonne idée de raconter ses expériences en Klepper. Je possède un Klepper Alu-lite. Je m’en sert uniquement à la pagaie.le rendement est convenable bien qu’il pousse un peu d’eau à cause des boudins gonflables. Les portages se font sur l’épaule (18 kgs) donc pas de chariot. Il est démonté après chaque utilisation mais je n’ai jamais pu atteindre les 15’ ! ça ressemble plutôt à 1/2 heure entre le moment où je le sors de la voiture (ou de la remorque de mon vélo) et le moment de la mise à l’eau... Bonne nav !

    Pierre

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

18 visiteurs en ce moment

3626

18 visiteurs en ce moment

SPIP | squelette | | Plan du site | mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0
 |